Blogging on Issues of International and European Security

Quelle réponse européenne à la crise libyenne?

A la suite de six mois d’efforts des insurgés libyens et d’une campagne aérienne de l’OTAN, le régime du Colonel Kadhafi s’écroule. Parmi l’agitation de la communauté internationale autour de la crise libyenne, on note l’absence de réaction marquée de l’Union Européenne (UE), en dépit de mesures qu’elles a mis-en-œuvre. L’UE devrait saisir l’opportunité d’appuyerla Lybiedans son processus de reconstruction démocratique, tout en inscrivant cette aide dans une approche globale des ses relations avec ses voisins méditerranéens.

Le positionnement délicat de l’UE face à la crise libyenne

Les observateurs ont relevé plusieurs mesures prises par l’UE pour tenter d’enrayer la crise libyenne[1]. Il faut aussi noter l’effort humanitaire consenti par l’UE et ses états membres (en août 2011, il était chiffré à hauteur de 150 millions d’€uros). Enfin, l’ouverture du Bureau de l’UE à Benghazi le 22 mai dernier, en plus de permettre une action plus cohérente de l’UE en Lybie a pu être interprétée comme une reconnaissance de facto du Conseil National de Transition (CNT).

Néanmoins, en mars dernier, l’abstention de l’Allemagne lors du vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU n’a pas échappé aux commentateurs. Cette abstention traduit une division de l’UE sur une question de sécurité. En filigrane de l’opération de l’OTAN plusieurs faiblesses de l’Union Européenne apparaissent, dont la difficulté d’arriver à un consensus entre 27 états membres (et dans une certaine mesure, le défaut de capacité de planification permanente et de commandement, incitant les Etats membres à monter un commandement ad-hoc en s’appuyant sur l’OTAN). Cette divergence peut être comprise comme une réticence allemande à recourir à la force. Elle peut aussi être interprétée comme le manque de volonté politique des pays du Nord de l’Europe à s’investir de façon trop importante dans le bassin méditerranéen.

En définitive, cette discorde se traduit par l’impossibilité pour l’UE d’avoir une position diplomatique forte et de s’impliquer entièrement dans la stabilité de son voisinage et donc, dans la protection des ses intérêts. EUFOR Libya en est un bon exemple. Cette mission militaire de protection des missions humanitaires a été envisagée en avril 2011. Cependant, le Conseil a conditionné son déploiement à une requête du Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires. Alors qu’il en avait la possibilité juridique (selon une interprétation large de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU), le Conseil a été réticent à envoyer des troupes au sol pour protéger les opérations humanitaires[2]. Si l’utilité d’une telle mission peut être discutée[3], son impact symbolique aurait été certain.

Une intervention indispensable de l’UE en Lybie

Une réponse européenne plus importante est maintenant nécessaire. Elle doit d’abord s’écouler sur le court et moyen terme. Cette réponse pourra prendre plusieurs formes.

L’UE pourrait poursuivre sa réponse à la situation humanitaire en fonction des besoins exprimés par le Conseil National de Transition (certes la lutte armée semble arriver à terme, mais la situation sécuritaire et humanitaire de certaines régions reste incertaine).

Sur le plan sécuritaire, L’UE pourra fournir un appui au processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion, ainsi qu’à la Réformedu Secteur de Sécurité. Les forces de sécurité libyennes étant, à l’heure où cet article est écrit, toujours constituées par des forces (régulières ou non) loyales au Colonel Kadhafi, des forces armées s’étant ralliées au CNT et des insurgés sans formation militaire. L’UE aura également tout intérêt à appuyer les forces libyennes dans le contrôle des zones frontalières (l’absence de contrôles aux frontières – et dans les armureries de l’armée – profite à Al-Qaïda au Maghreb Islamique[4]).

A terme, l’Union Européenne, acteur reconnu en la matière, pourra aider les Institutions libyennes dans leurs réformes, alors quela Policeoula Justicesont fortement assimilées au régime Kadhafi et que la corruption gangrène les instituions.

Une intervention européenne, replacée dans le cadre d’une approche globale de la Méditerranée

L’intervention de l’UE en Libye, devrait être replacée dans une approche plus large d’une réponse organisée et à long terme de l’Union Européenne au Printemps arabe.

Le monde méditerranéen et arabe représente un ensemble géographique d’importance pour la stabilité même de l’Union Européenne : il dispose de réserves énergétiques, il est lieu de passage d’une immigration importante en provenance d’Afrique et il héberge une population jeune. Mais les évènements récents ont montré qu’il compte en son sein des facteurs de tensions : rareté de l’eau, marasme économique et mauvaise distribution des richesses, pouvoirs autoritaires ou dictatoriaux, conflits au Proche Orient.

Le crise en Libye a montré que nos partenaires transatlantiques ne souhaitent plus assumer la protection de nos intérêts. L’UE doit assurer alors elle même sa sécurité[5]. Cette sécurité ne devrait pas être immédiatement assimilée à une militarisation des relations avec le bassin méditerranéen. Elle doit être envisagée comme le développement d’une stabilité planifiée et réfléchie dans cette zone.

Ceci peut se traduire par une politique européenne en Méditerranée plus ambitieuse et intégrée. Elle comporterait plusieurs volets : assistance au rétablissement de l’Etat de droit, appui technique en matière hydraulique, coopération technique et commerciale en matière énergétique, ou encore échanges commerciaux équitables et accès des entreprises Nord-africaines au marché européen[6]. Une telle politique permettrait la reconstruction durable des pays Nord-africains au bénéfice de tous et garantirait la sécurité de nos sociétés.

Par guest blogger, Olivier Jacquemet http://www.echo-sierra.net

Aussi publié sur notre blog en anglais.


[1] On peut noter, l’embargo sur les armes à destination de la Lybie, la restriction de la liberté de mouvement des dignitaires du régime Kadhafi et le gel de certains de leurs avoirs financier par le Conseil de l’UE. Un recensement des décisions et positions prises par l’UE a été effectué par ISIS Europe: http://www.isis-europe.org/pdf/2011_artrel_620_110325libya_statements%281%29.pdf

[2] Voir à ce sujet le rapport de la visite à Benghazi (en anglais) d’Ana Maria Gomes, Membre du Parlement Européen (http://www.anagomes.eu/PublicDocs/03538245-849e-4c99-aa4a-3971226294e3.pdf) .

[3] Voir à ce sujet l’ISIS Europe Briefing Note 2011:1 – EU and Libya par Sebastian Bloching (http://www.isis-europe.org/pdf/2011_artrel_624_isis-briefing-note-2011-1-libya.pdf).

[4] Voir à ce sujet : Libye : l’acquisition de missiles sol-air par AQMI inquiète les services de renseignement français, par Jean-Dominique Merchet (http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Libye-l-acquisition-de-missiles-sol-air-par-AQMI-inquiete-les-services-de-renseignement-francais_a211.html).

[5] Voir à ce sujet : Mayhem in the Mediterranean: Three Strategic Lessons for Europe, par Sven Biscop, in The Security Policy Brief, EGMONT, Royal Institute for International Relations, 2011 (http://www.egmontinstitute.be/papers/11/sec-gov/SPB19-Libya-strat-lessons-EU.pdf).

[6] Voir à ce sujet The Arab wolrd in transition: prospects and challenges for a revitalized relationship between Europe and North Africa par Michael Bauer & Christian-Peter Hanelt. Bertelsmann Stiftung, 2011 (http://www.bertelsmann-stiftung.de/EuropeInDialogueMediterraneanEng).

Lire aussi : Reactions of the EU on the Arab uprisings, par ISIS Europe, sur : https://isiseurope.wordpress.com/2011/08/22/reactions-of-the-eu-on-the-arab-uprisings/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Twitter

Facebook

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 175 other followers

Archives

%d bloggers like this: